3e Samedi de P

Jn 6,60-69

Jésus s’adresse alors aux douze et c’est sa neuvième parole. « Vous voulez partir vous aussi ? » Il ne fait aucune concession, s’ils veulent partir qu’ils partent. Ce sera raté et c’est tout. S’ils ne veulent pas de ce message là bien précis, il vaut mieux qu’ils s’en aillent. Sans ce message, ils n’ont aucune utilité. Cela fait penser à ce qui s’est passé pendant le procès pour la béatification de Thérèse de l’Enfant Jésus. Quelques uns de ceux qui en étaient chargés voulaient passer sous silence sa doctrine de « la petite voie » et ne parler que de l’héroïcité de ses vertus. Toutes ses sœurs se sont dressées pour dire qu’elles préféraient que l’on ne parle plus de béatification. Il fallait prendre sa vie dans son entier ou la laisser. C’est ce que Jésus a vécu. Il met ses disciples en demeure de le suivre inconditionnellement ou de s’en aller. La foi est une orientation de vie. Il s’agit de partir dans la bonne direction. Et les termes qui sont employés dans ce passage, marcher, partir, aller, montrent que la foi en Jésus, c’est un mouvement vers.
Vers quoi ? Vers le point que lui seul connaît. Et c’est pourquoi si l’on veut suivre Jésus il faut se confier à lui. On ne lui fait pas confiance à moitié. On lui répond par Oui ou par Non mais pas par Oui mais ni par Non mais. Ni par des peut-être. C’est dans cet esprit qu’Elie avait mis les israélites devant un choix de vie en disant: « Si Baal est dieu suivez le. Si c’est Yahvé suivez Yahvé. Mais ne boitez pas tantôt vers l’un tantôt vers l’autre. » (1 R 18,21) Dans le Deutéronome, Moïse parle de même. « Voici que je te propose la vie et le bonheur ou bien la mort et le malheur. Choisis! (Dt 30,5) » Cela c’est la Tradition judéo-chrétienne. On ne peut pas suivre deux chemins. Il y en a un qui mène à la perdition et un autre qui mène à la vie. (Mt 7,13-14) Qui n’est pas avec Jésus est contre lui, qui n’amasse pas avec lui dissipe. (Mt 12,30) Pierre est convaincu et sa profession de foi en Jésus montre sa certitude: « Nous croyons et nous savons ». Nous avons la foi, et nous avons la connaissance. Il parle au parfait. Sa foi et sa connaissance c’est un acquis. Il croit, il connaît, dès maintenant et pour toujours. Et que croit-il ? Il croit que Jésus est le Saint, le Saint de Dieu, le seul Saint. Et nous sommes là devant l’expression peut-être la plus ancienne pour désigner Jésus. Sa foi et sa certitude lui font désigner Jésus comme le seul appui digne de confiance. « C’est toi qui as les paroles de la vie éternelle. » Ce qui réconforte Jésus c’est l’exclamation de cet homme à l’âme d’enfant qui est Pierre. »Où pourrions nous aller si ce n’est vers toi, nous qui cherchons la vie éternelle. » « Oh Pierre, pense Jésus dans son cœur, tu n’as pas deviné cela tout seul, c’est mon Père qui te l’a dit. Et c’est une preuve qu’il t’aime tout spécialement. Tu as de la chance. » Le Père parlait à tous mais Pierre a mieux écouté que les autres. Jérémie inspiré et parlant au Nom de Dieu s’écrie: « Je mettrai mes paroles au fond de leur cœur, ils n’auront plus à s’instruire mutuellement… mais ils me connaîtront tous car je vais pardonner leur crime et ne plus me souvenir de leur péché. » (Jr 31,33) Voilà ce qui empêche de connaître Dieu, le péché tout simplement et le péché n’est pas autre chose que de se regarder soi-même au lieu d’avoir le cœur tourné vers Dieu et vers les autres. Au fond du cœur de chacun il y a une source, c’est cette source que Pierre a entendue murmurer à la manière de Saint Ignace d’Antioche qui écrivait dans sa prison: « J’entends au fond de moi une source qui murmure et qui dit: Viens vers le Père. » Mais cette source de l’Esprit Saint ne coule que dans la mesure où notre égoïsme, notre égocentrisme, ne la bouche pas. Pour cela il faut continuellement gratter. Il y avait une source à la grotte de Lourdes bien avant que Bernadette vienne au monde. Mais personne ne le savait. Elle s’est mise à couler lorsque Bernadette l’a libérée. Mystère de la liberté de Dieu qui ne désire pas autre chose que de nous envahir pour faire de nous des êtres pleinement libres, mais qui, pour cela, veut notre consentement actif. Judas aussi avait une source dans son cœur; elle ne demandait qu’à couler mais le drame de Judas c’était d’être bouché par le dedans. C’était un patriote Judas, il aimait son pays. Mais ce n’était peut-être pas la bonne manière de l’aimer car il refusait toute autre manière que la sienne, la manière de Jésus par exemple. Il ne voyait pas plus loin que le territoire d’Israël, le Messie qu’il attendait c’est un messie militaire. Et il haïssait les romains. Son désir était de se venger de leurs exactions. Ce n’est pas pour rien que Matthieu dans sa liste des apôtres, met Judas en compagnie de Simon le zélote. (Mt 10,4) Seulement voilà, Dieu aime tous ses enfants et son désir c’est de les réconcilier. Il ne juge pas à la façon des hommes qui ne regardent que l’extérieur. Il sait ce qu’il y a au cœur de l’homme. Si Judas n’avait pas été cet homme qui cherchait à se faire justice lui-même, il n’aurait pas empêché la justice de Dieu d’entrer en lui, ce qui l’aurait poussé à adhérer à Jésus sans y mettre de condition.Avec Jésus on est au port dès ce monde. Se mettre en chemin avec lui c’est être déjà arrivé, car lui, il est le Chemin, la Vérité, la Vie. Et il conclue avec une dixième parole: « N’est-ce pas moi qui vous ai choisis tous, vous les douze ? » Notons la nuance de la voie moyenne en grec « exelekamen », je vous ai choisi pour moi. Je me suis mis tout entier dans ce choix et je me donne à vous tout autant que je vous prends pour moi. C’est un véritable mariage que Jésus contracte avec ses douze. Tout en sachant que l’un d’eux est un démon. Il devait être trahi. Et l’on ne peut être trahi que par les siens. Il fallait que le traître soit un des siens. L’un de ses amis, et des plus intimes. L’un des douze dit Jean. Et l’on devine le ton douloureux de ce « eis ek tôn dôdeka ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :