3e Mercredi de P

Jn 6,35-40

Lorsque nous communions ce n’est pas du pain que nous mangeons, c’est sa chair, ce n’est pas du vin que nous buvons, c’est son sang. Par la communion nous nous unissons à Lui aussi intimement qu’il est possible de le faire. Quand nous mangeons la nourriture ordinaire, cette nourriture devient nous, car nous l’assimilons. Mais en mangeant le corps du Christ, nourriture venue du ciel, c’est nous qui devenons lui, c’est lui qui nous assimile en nous amenant à sa ressemblance. On a découvert à Tabga, près du Lac, une mosaïque qui représente des poissons et des oiseaux. Des poissons qui sont en train de devenir des oiseaux. Pourquoi cela ? Parce que la mer c’est la finitude. Si les poissons veulent sortir de la finitude et aller au ciel, aux eaux d’en haut, au Shamaïm, ils doivent devenir des oiseaux. Le Verbe de Dieu est descendu dans notre finitude, mais ce n’était pas pour faire du tourisme, c’est pour que nous devenions capables avec lui, de naître de nouveau et d’en haut, de dépasser notre finitude pour aller au Shamaïm, ce n’est pas pour rien qu’il nous y prépare une place.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :