2e Samedi après Pâques

Jn 6,16-21

Mais comme cette foule n’a pas compris il ne reste à Jésus qu’à se cacher loin d’elle et loin de ses disciples. Il s’en alla seul. Marc dit qu’il alla à la montagne pour prier, mais Jean insiste sur le fait qu’il était seul comme tous les incompris. « Le soir venu… » Voici maintenant le cinquième signe rapporté par Jean. Jésus n’est pas avec ses disciples et il fait nuit. Nuit parce que le soleil est couché mais surtout parce que Jésus n’est pas là. Ils sont au milieu du Lac et ils s’épuisent à ramer, dit Marc 6,48. Tout leur est contraire, le vent, la mer, l’absence de leur Maître. Et c’est peut-être surtout l’absence de leur Maître qui leur est contraire. Alors que tout allait si bien politiquement, le voilà qui fuit. En Matthieu aussi on peut supposer qu’il y a protestation de leur part mais c’est parce que Jésus les emmène chez les païens et ils vont revenir impurs sans pouvoir aller à la synagogue. Jésus les a calmés en leur disant que les païens aussi l’intéressent. Tout à coup voici que Jésus leur apparaît tout proche. L’épreuve leur donne de s’apercevoir de sa proximité, et ils s’aperçoivent aussi que les puissances de la mort ne peuvent rien contre lui. Jésus voit leur frayeur et les tranquillise aussitôt: N’ayez pas peur. C’est moi. Jésus leur a dit : C’est moi ! Mais on peut donner un sens spirituel à ce Egô eimi! Je Suis. Je Suis qui est le nom propre de Dieu dans la Tradition Hébraïque et la déclaration même de l’Exode. Dieu dit à Moïse: Voici dans quel termes tu t’adressera aux enfants d’Israël. Tu leur diras: Je Suis m’a envoyé vers vous. (Ex 3,14) Et lors du nouvel Exode annoncé par Isaïe, il proclame son œuvre de la même manière: Ils vont quitter Babylone, ils vont revenir en Israël parce que Je Suis, dit Dieu, depuis l’éternité. (Is 43,12-13)
A peine Jésus leur avait-il dit Je Suis que la mer se tait, le vent se calme et ils se trouvent aussitôt à l’endroit même où ils désiraient aller. Ainsi que le dit le psaume: Ils criaient vers Il Est dans leur détresse et il les a délivrés de leur angoisse. Il ramena la bourrasque au silence et les flots se turent. Il les conduisit au port de leur désir. (Ps 107,28-30) Certains datent ce fait de la vie de Jésus après sa Résurrection. Cependant les quatre évangélistes le lui font vivre avant la Passion. Cela signifie que Jésus est Dieu de toute éternité et qu’il n’a pas eu à attendre sa montée vers le Père pour être maître des éléments et des puissances de la mort. C’est l’habitude de Jean d’employer des mots à double sens. Ces deux mots, Ego eimi qui ont le sens obvie de C’est Moi résonnent comme le Nom divin lui-même. Il en est de même pour l’arrestation au jardin des oliviers. Jésus dit: Egô eimi, et voilà la cohorte renversée. Ici il dit: Egô eimi et la tempête est calmée et le but de leurs efforts atteint. Le bateau touche terre et c’est là que Jésus va annoncer l’accomplissement prochain des promesses. Il va offrir la manne véritable, le pain vivant et glorieux.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :