Archive for 8 avril 2013

2e mardi après Pâques

avril 8, 2013

Jn 3,7-15

Il y avait un homme qui s’appelait Nicodème, un homme influent et riche. Il viendra aider Joseph d’Arimathie à ensevelir Jésus en apportant pour sa part 40 livres de parfum, un mélange de myrrhe et d’aloès. Un peu plus tard, en sortant de sa conversation avec Jésus, il le défendra contre ses collègues pharisiens. « Avant de condamner quelqu’un leur dit-il, on l’écoute d’abord. Pour savoir ce dont il s’agit. » (7,51) Il est probable qu’il était membre du Grand conseil comme Joseph lui-même. Il était disciple de Jésus, mais en secret car il avait peur. Jésus avait un certain nombre de partisans chez les pharisiens, mais ses ennemis étaient si nombreux et avaient un tel pouvoir que ses partisans n’osaient pas proclamer leurs convictions à son sujet. Ce n’était pas une question de respect humain, c’était une question de vie ou de mort. Etre chassé de la synagogue mettait le juif hors la Loi et la société ne le défendait plus. Il pouvait être volé, pillé, tué. Personne ne bougeait. C’est pourquoi Nicodème vient trouver Jésus pendant la nuit. Mais après la mort de son Maître, c’est de jour qu’il ira trouver Pilate pour se faire donner son cadavre. Il ira avec Joseph, disciple secret, lui aussi. La nuit dont il profite pour venir trouver Jésus c’est l’image des ténèbres où il se trouve encore. Les ténèbres chez Jean, sont assimilées à la séparation d’avec Jésus. « Ils étaient au milieu du Lac, il faisait nuit et Jésus n’était pas là. » (6,17) « Au cours du dernier repas, Judas prends le morceau et s’en va. Il était nuit. »(13,30) La parole de Dieu n’est pas seulement celle que nous lisons dans la Bible. Dieu nous parle aussi dans la vie quotidienne. Ste Thérèse de l’Enfant Jésus en a entendu une quand elle avait environ 2 ans, et elle l’a comprise quinze ans plus tard. Sa maman était à l’étage et elle, Thérèse, au bas de l’escalier. Elle voulait rejoindre da maman mais chacune des marches de cet escalier était beaucoup trop haute pour elle. Elle élève donc tant qu’elle peut son petit pied, et ne pouvant pas le mettre sur la marche supérieure se met à crier : « Maman ! » Maman laisse sa petite fille l’appeler pendant une ou deux minutes, puis, elle vient et assied Thérèse sur la deuxième marche. Mais la deuxième marche est aussi impossible à franchir que la première. Thérèse crie de nouveau « Maman! » Aussi longtemps qu’il le faut et avec le même succès. Maman revient et assied Thérèse sur la troisième marche. C’est à force de gestes inutiles et d’appels de Maman que Thérèse est parvenue en haut de l’escalier. Voilà ce qui est arrivé à l’humanité, impuissante par elle-même à monter au ciel. L’humanité a crié Dieu! Dieu! pendant des milliers d’années. Et Dieu a tant aimé le monde qu’il lui a envoyé son Fils. A ce moment là Jésus prend l’image du Serpent de bronze. Toute la nuit il commente cette histoire à Nicodème. En montant vers Chanaan, Israël se heurtait à des tribus plus ou moins puissantes et à chaque fois devait livrer bataille. Le Peuple proteste et Moïse se laisse entraîner Nicodème vient donc de nuit mais Jésus le conduira à faire la démarche qui ramène à la lumière. Il va vivre quelque chose de tout à fait unique. Jésus va commencer par dialoguer avec lui. Il dira Je et Tu à Nicodème. Puis il va élargir le débat, il dira vous et nous. Enfin il parlera de la mission du Fils de Dieu dans le monde et le fera en employant la troisième personne. Nicodème vient à Jésus en tant que maître chargé d’instruire Israël. Il représente ses pairs et c’est en leur nom qu’il interroge Jésus. « Nous savons que tu viens de la part de Dieu. » Tu n’as pas de diplôme mais les miracles que tu fais nécessitent une puissance que Dieu seul peut donner. Jésus l’arrête tout de suite. Il ne le suit pas sur ce terrain et c’est lui qui va l’entraîner ailleurs. « Amen, Amen ». Le Père l’inspire. Tous deux communiquent dans l’Esprit Saint. Comme tout prophétisme dans l’Eglise suppose un colloque avec le Christ ressuscité nous insufflant l’Esprit. Ici, Jésus vit ce colloque dans l’Esprit Saint avec son Père. Il peut dire alors son double Amen. »Amen Amen! Je te le dis mon brave Nicodème. Avec ton argumentation apologétique, tu ne sais pas du tout qui je suis. Tu me prends pour un rabbi autodidacte alors que je suis le Fils de Dieu. Et Je viens te proposer de devenir enfant de Dieu avec moi, toi aussi. Faire des miracles ce n’est pas mal, mais entrer dans la famille de Dieu c’est le seul bien qui compte. Pour cela il faut naître de nouveau et d’en haut. De nouveau et d’en haut, en grec c’est le même mot « anothen ». Celui qui ne naît pas de nouveau et d’en haut ne peut pas entrer dans le Royaume de Dieu. Nicodème n’a pas compris. Evidement! Quand on est passé par le raisonnement, qu’on a toujours conduit sa vie sous la direction du seul raisonnement, il est difficile de se mettre à vivre selon l’intuition. Nicodème ne pouvait pas du tout savoir ce que Jésus entendait par Royaume de Dieu. Et encore moins facilement savoir que l’entrée dans le Royaume de Dieu était une naissance. Pour le savoir, pour devenir enfant de Dieu avec Jésus il faut être attiré par le Père. Les chats font des chats, l’Université ne fait pas des enfants de Dieu, elle fait des universitaires. Pour devenir enfant de Dieu, il faut être né de l’Esprit Saint.

Publicités